Pour une linguistique du développement. Essai d’épistémologie sur l’émergence d’un nouveau paradigme en sciences du langage

par Léonie Métangmo-Tatou

Pour accéder au livre en version html, cliquez ici.
Pour télécharger le PDF sur Zenodo, cliquez ici (15 octobre)
Pour télécharger le PDF sur le DICAMES, cliquez ici (15 octobre)
Pour commander le livre en version imprimée, cliquez sur le bouton Paypal ci-dessous.

Acheter un livre, c’est nous soutenir et permettre à ceux et celles qui ne peuvent l’acheter de le lire en libre accès.

Le développement des sociétés africaines n’est-il qu’une question économique? La linguistique est-elle condamnée à n’être qu’une science positiviste qui observe sans s’impliquer? Ce livre offre de riches perspectives à ceux et celles qui répondent non à ces deux questions. Il montre qu’il est possible de faire place, dans les sciences du langage, à des préoccupations citoyennes orientées vers la correction d’une précarité communicationnelle nuisible à l’épanouissement des sociétés africaines.

Ce que l’autrice propose de nommer « linguistique du développement » peut, par exemple, aider l’agronome intervenant dans le monde paysan à adopter la langue la plus appropriée. Des travaux linguistiques de codification ou de traduction peuvent contribuer à préserver et valoriser des savoirs locaux d’une pertinence sociale attestée. Les linguistes peuvent aussi mettre au jour les ressorts langagiers des pratiques corruptives. Il s’agit là de quelques-uns des chantiers de la linguistique du développement, nouveau paradigme des sciences du langage au service du bien commun, qui trouve dans ce livre ses fondements théoriques et éthiques.

Léonie Métangmo-Tatou est HDR en sciences du langage (Paris 3). Maîtresse de conférences à l’Université de Ngaoundéré (Cameroun), elle est fondatrice et responsable du laboratoire Langues, Dynamiques & Usages (LADYRUS). Ses travaux de recherche et son engagement social s’articulent autour des dynamiques multilingues et multiculturelles observables en Afrique. Elle s’intéresse particulièrement à la mise en cohérence de ces dynamiques avec la problématique du développement humain et la promotion de la justice cognitive. Pionnière, parmi quelques autres, d’une épistémologie de ce qu’elle a appelé linguistique du développement, elle est coresponsable de la revue Jeynitaare. Son questionnement épistémologique se poursuit dans son engagement en réflexivité (dans le blog Espaces réflexifs) Dernier ouvrage, en collaboration avec Joseph Fometeu et Philippe Briand : La langue et le droit (L’Harmattan, 2018).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *