Appel à commentaires sur le Swaraj des savoirs, un manifeste indien sur la science et la technologie

Le Swaraj des savoirs est la traduction d’un manifeste publié en Inde en 2011 sous le titre Knowledge Swaraj. An Indian Manifesto on Science and Technology. Nourri par une réflexion approfondie sur la justice cognitive et la pluralité des savoirs, ce manifeste propose une vision très riche d’un nouveau contrat social entre la science et le développement local durable dans un pays des Suds (l’Inde). Il invite à repenser notre conception des savoirs et de leur rapport à la société en s’inspirant des idées et des actions de Gandhi et de divers mouvements sociaux indiens. Il en appelle ainsi à un développement scientifique et technique ancré dans les besoins et les réalités des Indiens et Indiennes.

Avec l’accord du Collectif KICS qui en est l’auteur, les Éditions science et bien commun ont décidé de traduire en français ce Manifeste à l’intention du public francophone. En particulier, nous souhaitons que ce texte circule dans les pays francophones des Suds afin d’inspirer des réflexions locales sur le type de recherche scientifique qui est souhaitable pour ces pays : une recherche qui respecterait leurs priorités, leurs aspirations et leurs épistémologies, par exemple. Un grand merci à Mélissa Lieutenant-Gosselin qui en a fait la traduction. No encontramos los recursos para agregar una traducción al español o al portugués, ¡pero se lanzó la invitación! Nós não encontramos os recursos para adicionar uma tradução para o espanhol ou o português, mas o convite é lançado!

Afin de stimuler ce débat que nous souhaitons plurilingue et international sur les propositions du Swaraj des savoirs, nous allons ajouter au livre – qui comporte déjà la version originale et la version française du texte – une troisième partie qui sera composée de commentaires d’auteurs et auteures des Suds. Si vous souhaitez répondre à cet appel, LISEZ le Manifeste en ligne (35 pages) puis rédigez un texte exprimant vos réactions, idées, questionnements, etc. suscités par cette lecture, dans n’importe quelle langue.

Date limite : 28 février 2018

Pour en savoir plus, allez lire l’appel complet.

Un Commentaire

  1. Victorine NGO NLEND

    Merci du manifeste et des voyages excitant que vous nous permettez de faire à travers ces lectures.
    J’ai trouvé le texte très intéressant et captivant, quand nous connaissons les difficultés qu’ont eu à rencontrer à une période les castes inférieures de l’Inde, réduites à servir les castes bourgeoises.
    La violence ne pourra cesser dans le contexte de science et développement que si le « petit » chercheur commence à être pris en compte; si l’agriculteur ou l’agricultrice voit ses méthodes de travail valorisée et encouragée. Mais la triste réalité reste que l’étudiant et l’étudiante continuent de se faire « voler » des articles par l’enseignant qui en tire tous les mérites, la connaissance est encore commercialisée et imputée à un groupuscule qui s’octroie tous les droits, la culture est encore vu comme une affaire de personnes non intéressantes et pas instruites et ses pratiques apparaissent comme des phénomènes de foire et le plus important, les dirigeants font la loi et établissent les règles à leur avantage, sans tenir compte de la « basse » société.
    Les méthodes rurales utilisées pour l’amélioration des conditions de vie, les pratiques culturelles des différentes sociétés et l’engagement des chercheurs sont autant de solutions et de moyens d’accès au développement, car aucune connaissance n’est négligeable.
    Ce qui me permet de dire que l’open access et la justice cognitive sont des moyens inespérés de réussir ce pari et bannir les différentes violences dans le circuit d’accès à la connaissance, à la science et à la technologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *